Filtres (3871 produits)

Marque

Prix

0,00 € - 16 995,00 €

Débit en m3/h

Crépine flottante

Comment choisir un surpresseur ?

Publié le : 03/01/2023 13:59:17
Catégories :

Comment choisir un surpresseur ?

Afin de résoudre vos problèmes de pression d’eau, le surpresseur, également appelé groupe de surpression ou groupe hydrophore, est la solution. Cet appareillage permet ainsi de réguler la consommation d’eau. Un surpresseur est composé d’une pompe et d’un réservoir ou d’un système de variateur de vitesse. L’assemblage de ces éléments doit être fait une fois vos besoins et l’emplacement identifiés afin de choisir la combinaison la plus adaptée. Si vous souhaitez en savoir plus sur l'utilisation de ce système nous vous recommandons de lire notre guide "à quoi sert un surpresseur ?".

Quels sont les éléments à prendre en compte pour choisir un surpresseur ? 

La pompe

Afin de choisir la bonne pompe, vous devez porter votre attention sur différentes caractéristiques.

Le débit 

Le débit se mesure en mètre cube par heure ou en litre par minute, m3/h. Il s’agit de la quantité d’eau que la pompe sera capable de refouler pendant un certain temps. La pompe est installée en étant raccordée à un tuyau d’aspiration. L’eau aspirée est refoulée vers les sorties de l’installation domestique. Pour une installation sanitaire et pour de l'arrosage, ça ne sera pas forcément la même pompe. Effectivement, un jardin consomme moins d’eau par m² qu’une installation sur un appareil électroménager. Dans ce cas, vous pouvez par exemple vous orienter vers le surpresseur Grundfos Scala 2 référence SCALA2.

Ainsi, vous devez connaître et évaluer le débit des installations que vous souhaitez équiper. Cela vous permettra de définir le débit déjà présent et celui que vous souhaitez obtenir. Le débit de la pompe devra valoir au minimum un tiers de votre consommation journalière.

Voici un tableau récapitulatif de la consommation d’eau moyenne d’un foyer :

tableau-consommation-d-eau

Tableau récapitulatif de la consommation d’eau moyenne d’un foyer

La puissance 

Une pompe de surpresseur dont la puissance de moteur est adaptée à vos besoins garantit un dispositif fiable. Afin de choisir la pompe idéale vous devez également prendre en compte les caractéristiques de puissance de ce moteur. Par exemple, pour une installation en milieu domestique, une pompe ayant une puissance qui varie entre 750 et 1500 watts sera suffisante.

La pression

La pression se mesure en bars, B. Elle est parfois indiquée en mètres de colonne d’eau, MCE ou HMT qui signifie hauteur manométrique totale. Elle définit la pression de l’eau au refoulement en fonction de la section du tuyau de pompe.

1B = 10mCE

La pression est l’indicateur de la force avec laquelle l’eau aspirée est refoulée. Sur une même installation un tuyau de petite section donnera plus de pression que s’il est de grande section. Pour une installation domestique, une pression entre 2 et 3 bars sera suffisante pour garder un certain confort. Cette pression dépend de la localisation du point d’eau distributeur. Plus elle est éloignée, plus la pression sera entravée.

Le type de pompe

Le modèle sera choisi en fonction de l’endroit où votre pompe surpresseur sera installée. À l’intérieur ou à proximité des locaux, un appareil silencieux sera plus adapté à l’intérieur de la maison.

Si, en revanche, votre dispositif est prévu pour rester au garage, ou éloigné des pièces, un modèle moins silencieux peut tout à fait convenir. Une pompe de jardin par exemple ne nécessite pas d’être totalement silencieuse.

Le type d’eau 

La pompe doit être sélectionnée en prenant en compte la nature de l’eau à pomper, si elle est claire ou chargée. En effet, l’eau claire contient des matières en suspension qui sont inférieures à 5mm de diamètre. L’eau de pluie est considérée comme une eau claire. Une eau chargée contient quant à elle des matières en suspension dont le diamètre s’étend entre 5 et 20 mm. L’eau de rivière est considérée comme une eau chargée. 

Pour des eaux très chargées, dont la granulométrie est supérieure à 20mm il faudra opter pour une pompe équipée d’une roue ouverte ou bien roue vortex seulement en version pompe immergée. Pour tous types d’eaux il est recommandé d’installer une crépine au bout du tuyau d’aspiration ce qui permet de filtrer l’eau lors de l’aspiration.

La capacité de stockage du réservoir

Afin d’effectuer le bon choix, vous devez identifier votre besoin en eau. La capacité de stockage du réservoir est à choisir en fonction de la fréquence d’utilisation de l’eau. Vous pouvez choisir entre un réservoir à vessie appelé aussi ballon vessie, un réservoir à diaphragme ou simplement un système de variateur de vitesse. 

Le diaphragme et la vessie ont le même fonctionnement, ils sont utilisés pour des installations similaires. Les différences résident dans l’entretien, les garanties ainsi que les remplacements de pièces usées. 

Il est recommandé, pour le réservoir à vessie, de contrôler fréquemment la pression et de remplacer la vessie régulièrement. Étant une pièce interchangeable, le remplacement s’effectue rapidement et facilement. 

Le réservoir à diaphragme quant à lui ne nécessite pas autant d'entretien que le réservoir à vessie et dispose d’une meilleure résistance dans le temps. Cependant, lorsqu'il faut changer le réservoir, c’est dans son intégralité ce qui peut rendre le processus de remplacement un peu plus complexe. 

Pour votre installation domestique, il est recommandé de sélectionner un surpresseur composé d’un réservoir de 60 litres minimum afin de couvrir des besoins primaires. La capacité de stockage choisie à un impact sur la consommation électrique. Plus la capacité est élevée, moins le groupe de surpression s'amorce. Si vous souhaitez réaliser une installation domestique extérieure pour l’arrosage de votre jardin, nous vous recommandons une capacité de réservoir bien plus petite. 

Si vous souhaitez un surpresseur pour une installation domestique intérieure et extérieure, un réservoir de minimum 100 litres sera adapté.

Le corps et revêtement du réservoir 

Il existe différentes formes de réservoir suivant vos besoins et l’emplacement choisi. Il existe également des formats compacts spécifiques pour les installations domestiques. 

Les réservoirs à vessie ainsi que les diaphragmes sont en acier. La membrane intérieure de la vessie est en EPDM qui est un matériau reconnu pour son étanchéité et sa durabilité dans le temps et face aux environnements extérieurs. L’EPDM est un élastomère, appelé aussi caoutchouc synthétique, qui détient le plus d'homologations. 

La membrane intérieure du diaphragme est en butyle. Ce matériau élastique et souple est synthétique et résiste chimiquement aux cétones, acides, esters et dérivés d’amines. 

La hauteur de refoulement

Il s’agit de la hauteur maximale de dénivelé entre le surpresseur et le point de rejet le plus haut. Elle se mesure en mètres. Sur les appareillages, elle est souvent indiquée comme la hauteur manométrique totale, HMT. 

C’est un élément à prendre en compte si vous avez une installation pour pomper l’eau d’un puits par exemple. Plus la différence de hauteur est grande, moins vous aurez de débit. Si, au contraire, le point d’aspiration et de refoulement sont proches en hauteur, le débit sera plus important. 

Pour la déterminer, il faudra calculer la hauteur de refoulement en mètres et ajouter la pression désirée au point de rejet ainsi que les pertes de charge. Il s’agit de la longueur de tuyau de refoulement.

schema surpresseur

Image descriptive d'un surpresseur 

Découvrez ici tous nos surpresseurs

Partager ce contenu